28 novembre 2007

La folle libérée qui s'enchaîne

Faudrait casser, trancher, déchirer, l'image de la sage jeune fille qui transparaît sur ces putains d'photos. J'aurais du être libre et déchaînée, le crâne rasée et la crête bleue, les yeux charbonneux et le regard brillant de défi et de vie. J'aurais du sauter tout c'qui bouge et ne jamais m'attacher, aimer avec passion et jeter comme un chiffon. J'aurais du être folle, folle à en arrêter les études, partir faire du stop, à l'aventure, squatter chez des potes et risquer de mourir à tout bout d'champ. J'aurais du parler crûment mais sans petit accent de fille bien élevée, cracher dans la rue sans m'retourner pour voir s'y a quelqu'un, boire ma bière cul sec et pas à petites goulées, ne pas gerber pour deux gorgées de whisky et ne pas fumer en f'sant un petit bruit bizarre de fille qui sait pas faire. J'aurais du avoir le verbe prenant à l'oral, captiver mon entourage et donner envie de me connaître, de m'suivre dans ma folle vie. J'aurais du être folle pour être libre.
Au lieu de ça j'ai l'air gentille, douce, j'suis aimable et souriante, j'mets même pas tous les jours des jeans déchirés, d'ailleurs avec moi ils se déchirent partout sauf aux bons endroits, les g'noux ou les fesses, à croire que j'suis maudite. J'ai jamais les yeux noirs parce que j'sais pas faire, mes ch'veux seront pas bleus parce que j'garde des enfants qui sont mes cousins et qui sont typés 16ème, alors ça l'ferait pas, et puis j'habite à Versailles et on risquerait d'arrêter de parler à mes parents. Pour la même raison j'aurai jamais le crâne rasé, alors que j'en rêve. J'veux mille choses dans la vie et j'fais semblant que j'peux pas pour me donner bonne conscience. J'fais des études qui mènent à rien, c'est p't'être bien ma seule folie, et encore, j'pourrais écrire aussi, dans mon temps libre, au lieu de glander comme une conne. J'ai pas baisé quelqu'un d'autre que mon copain depuis presque deux ans, moi qu'aurait voulu tester tous les mecs de la terre, moi qui flashe tout l'temps sur tout l'monde et qui fantasme seule dans mon lit. J'suis pas frustrée, mais amoureuse, enfin c'est ce que je crois la plus grande partie d'l'année, parce qu'y a les crises aussi, que j'endure, que je dépasse. J'ai envie de tout envoyer valser trois fois par an, quatre peut-être maintenant, mais ça dure jamais, y a toujours un revirement où j'me dis qu'j'aime ma vie, que j'fais mes choix, qu'tout va bien et qu'ma liberté, c'est moi qu'en choisit la forme.
N'empêche ça r'vient tellement souvent qu'bientôt faudra qu'j'arrête d'avoir envie de gerber d'être partagée entre deux extrêmes, et me dégoûter de toujours remettre la même chose sur l'tapis. J'sais même pas si j'devrai réaliser que si ça r'vient c'est que j'ai pas fait les bons choix, parce que j'en suis pas sûre.
Hier encore j'prétendais qu'j'avais quasiment jamais d'regrets... J'suis une putain d'menteuse avec moi-même.

Posté par Delirihomme à 00:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La folle libérée qui s'enchaîne

Nouveau commentaire