29 novembre 2007

Spleen, pas idéal

Et voilà ! Tu viens d'me le dire le problème. J'avais oublié c'moment où tu m'avais dit qu't'avais toujours rêvé d'une amoureuse qui m'ressemblait. J'suis ton idéal type, et pas vice versa. C'est injuste. J'ai rien à t'reprocher, j'serais là avec toi j'suis sûre que j't'aimerais, mais t'es toujours loin et j'ai l'temps d'regarder partout ailleurs. Lu m'a dit fait pas d'conneries, fait pas d'conneries, pas d'regrets à avoir, j'ai rien fait qu'y fallait pas, d'ailleurs j'arrive pas à l'quitter, si c'est pas une preuve ça. J'm'étais juré de jamais recommencer après la fin août à Bordeaux. Pour plus souffrir autant. J'm'étais juré parce que j'avais ressenti au maximum c'qu'il était pour moi. Mais j'fantasme sur des gens pour qui l'amour c'pas ça. Ca m'rappelle que j'trouvais ça pathétique, avant, les niaiseries, que j'ai honte parfois d'aimer, qu'j'ose jamais parler de lui, parfois même j'dis "un copain m'a dit ça" alors que c'est B. J'dis pas mon copain parce que c'est moche, j'ai l'impression d'être niaise, de me vanter, peur qu'on se dise cette fille a un copain, pas possiiible, comme pour la moche à la fac. En plus j'ai rien pour occuper ma journée à fond et m'empêcher de divaguer. J'sais pas quoi faire. L'année prochaine il s'ra à Paris, j'pourrai plus harceler mes obsessions, il sera là, j'serai invivable.. Ou alors j'penserai à personne d'autre ? J'hésite entre vivement et j'veux pas. Putain.

Posté par Delirihomme à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Spleen, pas idéal

Nouveau commentaire